EN 166

La norme EN 166 est la certification de base applicable à toutes les protections individuelles de l’oeil.
Il s’agit d’une certification concernant les polycarbonates (incolores ou opacifiés) montés sur des lunettes, des visières de meulage ou des cagoules de soudage. Les polycarbonates répondent à la fois à des critères mécaniques (solidité, élasticité, stabilité thermique) afin de protéger les yeux ou le visage de l’opérateur contre les projections de particules et des critères optiques (puissance, transmission et diffusion de la lumière) afin d’atténuer certains rayonnements lumineux.
Les polycarbonates sont aussi utilisés pour protéger les filtres optiques, à l’intérieur et à l’extérieur des cagoules de soudage.

EN 175

La norme EN 175 certifie les équipements de protection faciale pour le soudage (cagoule).
Elle répond à des critères très stricts en matière de protection mécanique (solidité, stabilité thermique, isolation électrique), mais aussi physiologique (recouvrement facial). L’équipement certifié EN 175 est toujours associé à un dispositif de filtration optique EN 169 (verres minéraux, filtration passive) ou EN 379 (cellule automatique, filtration active).

Indice de performance mécanique

Les normes EN 166 et EN 175 sont suivies d’un indice de performance mécanique contre les projections de particules.

F

Résistant aux chocs de particules à faible énergie (résistant à une bille d’acier de Ø 6 mm de 0,86 g lancée à une vitesse de 45 m/s).

B

Résistant aux chocs de particules à moyenne énergie (résistant à une bille d’acier de Ø 6 mm de 0,86 g lancée à une vitesse de 120 m/s.

A

Résistant aux chocs de particules à haute énergie (résistant à une bille d’acier de Ø 6 mm de 0,86 g lancée à une vitesse de 190 m/s).

S

Solidité renforcée (résistant à une bille d’acier de Ø 22 mm de 43 g lancée à une vitesse de 5,1 m/s).

G

Résistant au métal fondu et solides chauds.

K

Résistant à l’abrasion.

N

Résistant à la buée.

EN 169

La norme EN 169 spécifie les exigences relatives à l’échelon de protection et au facteur de transmission des filtres passifs (ou verres minéraux) destinés à assurer la protection optique des soudeurs.
La teinte de protection du verre minéral est numérotée par échelon. Le choix du verre dépend de la méthode utilisée et de l’intensité de soudage : du débit de gaz pour le soudage à la flamme et du courant pour le soudage à l’arc. Les verres avec un échelon compris entre 4 à 8 sont adaptés au meulage, au soudage à la flamme ou à la découpe plasma. Les verres avec un échelon compris entre 9 à 14 sont eux adaptés au soudage à l’arc. Plus le verre a un échelon élevé, plus il est opaque et plus il filtre la lumière. L’inconvénient du filtre passif est qu’il doit être changé en fonction de l’intensité de soudage.

Plus sophistiqués et polyvalents, les filtres actifs sont des cellules optoélectroniques à cristaux liquides et à teinte variable. Grâce à elles, le soudeur n’est plus obligé de changer de filtre en fonction de la méthode et de l’intensité de soudage.

EN 379

La norme EN 379 spécifie les exigences relatives aux qualités optiques et à la plage de protection des filtres actifs (cellules à commutation automatique) lors de l’observation par l’opérateur du processus de soudage.
Les qualités optiques des filtres actifs sont identifiables selon 4 critères notés de 1 à 3 (1 étant le plus performant) : la classe optique ou la rectitude de l’image (si l’image est déformée ou non), la diffusion de la lumière, les variations de transmittance lumineuse (l’homogénéité du filtre) et la dépendance angulaire (filtration de la lumière indirecte).

La plage de protection d’un filtre actif est soit comprise entre 5 et 13 (pour le meulage, la découpe plasma, le soudage à la flamme et à l’arc) soit entre 9 et 13 (pour le soudage à l’arc uniquement). Chaque cellule possède aussi une teinte minimum de protection, généralement de 4.

Enfin, tous les filtres actifs possèdent une protection permanente contre les UV et le IR, généralement à 15 mais pouvant aller jusqu’à 16.

Renseignements spécifques de la sélection de la teinte de travail

D’après la normes CE-EN 379 2009

Tableau sélection de la teinte de travail

EN 397

La norme EN 397 certifie la conformité et l’efficacité des casques de chantier.
Les casques certifiés EN 397 répondent à des contraintes mécaniques spécifiques aux travaux sur chantier :

  • L’absorption des chocs – une masse percutante de 5 Kg (+/- 0,1 Kg) est lâchée sur le sommet de la calotte du casque à une hauteur de 1 m (+/- 0,05 m)
  • La résistance à la pénétration – une masse percutante de 3 Kg (+/- 0, 05 Kg) aux caractéristiques particulières est lâchée sur le sommet de la calotte du casque à une hauteur de 1 m et l’on constate s’il y a contact entre la pointe et la fausse tête.

Certains casques de chantier spécifiques sont suivis d’un ou plusieurs facteurs de performance :

  • Utilisable à très basse température : – 20 °C ou – 30 °C
  • Opérationnel à très haute température : + 150 °C
  • Isolé électriquement : 440 V c.a.
  • Résistant aux déformations latérales : LD
  • Résistant aux projections de métal en fusion : MM